mercredi 14 février 2018

Expo'70 Osaka - Pavillon Mitsubishi



Réalisateur: Tomoyuki Tanaka
Architecte: Mitsubishi Estate Co., Ltd.

"Nature du Japon et Rêves des Japonais"

Edifié par l'un des groupes industriels et financiers majeurs du Japon, le Pavillon Mitsubishi met en scène une frappante anticipation en cinq tableaux de l'archipel japonais et de la vie de ses habitants au XXIème siècle.

Sa visite, qui s'effectue au moyen de chemins roulants et d'ascenseurs, vous conduit d'abord dans la première section, "Nature du Japon", dont le gigantesque écran à miroirs multiples simule devant vous d'une façon saisissante des tempêtes, des inondations et des éruptions volcaniques. Vous voyez également des films qui utilisent les toutes dernières techniques de projection et de stéréo.

"Ciel du Japon", la deuxième section vous réserve plusieurs impressions inoubliables. Avec un voyage simulé dans l'espace et une station futuriste de contrôle du temps dans laquelle vous voyez les efforts déployés par l'homme afin de mater un typhon.



Le développement des fonds sous-marins et une ville au fond de la mer constituent l'attraction de la troisième section.



"Terre japonaise", quatrième volet de cette passionnante représentation, illustre la vie dans le Japon du XXIème siècle. Un Japon où l'homme est en harmonie avec la nature et où les misères sociales semblent inconnues.

Vous parcourez ensuite un fascinant appartement futuriste dont les murs et les différentes installations peuvent être déplacés ou escamotés suivant l'humeur de son propriétaire. Ses fenêtres laissent entrevoir un paysage de métropolis, sillonné d'autoroutes géantes.


Conclusion humoristique de ce périple futuriste, la dernière section est dotée de divers appareils extraordinaires grâce auxquels vous pouvez créer vos propres visions d'avenir.



mardi 13 février 2018

Des mascottes... pour Expo 2025 Osaka

Même si certaines World Expos ont cru bon d'en faire l'impasse, il est un fait certains, les mascottes font toujours partie de ces grands événements, et sont toujours plébiscitées par le public, quand le choix est bon bien sûr.

La ville d'Osaka, qui est candidate pour une Exposition universelle en 2025, ne pouvait faire autrement, et le choix n'a pas été de se tourner vers la nouveauté et d'innover, mais au contraire de choisir des personnages emblématiques, connus de tous, partout sur terre !
Ces personnages sont issus de l'univers du dessin animé japonais et sont à même de toucher tous les publics, il s'agit de Pikachu et Hello Kitty !

On ne peut nier le fait que ce sont des ambassadeurs parfaits, avec un pouvoir de séduction, et même d'adoration qu'il serait difficile d'égaler par toute autre mascotte !

Au mois de novembre dernier, le ministre japonais des affaires étrangères, M. Taro KONO a déclaré publiquement :

I have appointed Pikachu and Hello Kitty as Ambassador to promote the City of Osaka for the 2025 Expo host city.

(J'ai nommé Pikachu et Hello Kitty en tant qu'ambassadeurs pour promouvoir la ville d'Osaka en tant que ville hôte de l'Expo 2025).



Sans vouloir présager de la suite, mais dans le cas d'une victoire de la ville d'Osaka (les votes auront lieu en nivembre 2018), on peut déjà imaginer le nombre de produits dérivés Expo 2025 Osaka qui associeront ces deux mascottes interplanétaires !!!

A suivre...

lundi 12 février 2018

Le Pavillon du Liban et de la Syrie... Expo 1931 Paris, Vincennes...

Entrée du pavillon du Liban et de la Syrie. Photo amateur.

Ici, tout le charme, tout le mystère, toute la langueur, tout l'héroïsme du Proche-Orient méditerranéen sont enclos. Ici, nous allons évoquer les dieux de l'antiquité, les personnages des Mille et une Nuits, les croisés, leurs petits-fils de 1860, qui, aux accents de la chanson de la reine Hortense : « Partant pour la Syrie, le jeune et beau Dunois ... », franchirent la mer bénigne pour se porter au secours du Chrétien molesté par le Druse - et aussi, hélas! telles pages douloureuses d'une récente histoire.

Ce patio rectangulaire à arcades, ce patio limité par des murs faits de grès rouges et blancs alternés, ce patio au centre duquel s'érige une vasque, où l'eau jaillit, retombe; chante, murmure, et qui, sur l'un de ses petits côtés, offre une loggia finement ouvragée, je le connais.


C'est celui du palais Azem, à Damas, celui de la résidence des émirs libanais, à Beit-ed-Dine, celui du grand caravansérail d'Alep. En réalité, il constitue une synthèse de l'art arabe, tel qu'il refleurit, au XIIIe siècle, sur la vieille terre d'Adonis, le jeune homme adoré des vierges de Syrie.

Art à la fois charmant, raffiné et robuste, bien adapté à une époque voluptueuse, incertaine, violente et cruelle, où le grand seigneur, à l'abri de ses murailles, dont chaque ouverture était défendue par de solides barreaux de fer, se livrait à ses plaisirs, tramait ses intrigues, ourdissait ses complots,  assouvissait ses vengeances dans le sang, se grisait, dans le même instant, de la plainte des suppliciés, du sanglot des fontaines, du roucoulement des colombes, des cadences langoureuses des belles élues...

Mais ne va pas croire, ayant franchi ce seuil, que ces fontaines sont seulement des musiciennes. Si elles s'érigent ici, c'est pour dispenser la bienfaisance de leurs eaux au voyageur qui vient de traverser le désert, à l'hôte dont la gorge se contracte, dont les mains, le visage, portent la trace des baisers brûlants d'un vent cruel, inexorable. Et comprends, dès lors, la signification du geste de l'Oriental qui, t'accueillant dans sa demeure, t’offre, avant toutes choses, le frais cristal liquide des sources.

Cour intérieure.

Et sois habité par un grand respect, car c'est un voyage en pays fabuleux que tu vas faire. Ce Liban, cette Syrie à quoi il sied, historiquement, d'agréger la Palestine et qui représentent quelques-unes de leurs images, sont régions à la fois bénies et maudites, régions de très vieille civilisation, dont le sol est à ce point farci de souvenirs, de vestiges, qu'on ne saurait le fouler sans être pris du désir ardent de le fouiller, de lui demander les secrets qu'il recèle. Et quels souvenirs! Regarde ce sarcophage. C'est celui d'Ahiram, qui, deux mille ans avant Jésus-Christ, régnait sur Byblos. Cette image est celle du prince assyrien Eshmounazaz. Et songe que nos savants ont récemment découvert, aux lieux dont ces ancêtres étaient maîtres, des tablettes gravées attestant que telles sciences, dont nous sommes si vains, étaient familières aux gens de Syrie, alors que nous n'étions que barbares. Et enfin, et enfin: après avoir donné naissance à tant de dieux, fourni des empereurs à Rome, cette terre n 'est-elle pas le berceau du judaïsme, du christianisme et de l'islam? N'est-ce pas ici que les sombres, les terribles prophètes de l'Ancien Testament lancèrent leurs lamentations, leurs anathèmes, que le Fils du huchier de Nazareth prononça ces paraboles séditieuses qui le devaient conduire au supplice, qu'un chamelier écrivit ce Coran qui devait devenir, pour des millions d'hommes, une charte, un code, un poème, un livre de prières ?

Visite de Paul Reynaud, ministre des colonies.

En vérité, ce pays est trop riche d'histoire profane et sacrée, de légendes, d'épopées; trop de peuples s'y sont succédé, trop de civilisations s'y sont superposées, pour qu'il ne donne pas une impression de chaos et qu'on y puisse classer ses idées. Comment la pensée ne vacillerait-elle point à qui l'on propose de bondir à travers les siècles, depuis l'époque des Croisades, rappelées par ce panneau mural représentant le krak des chevaliers, spécimen grandiose, impérissable, de l'architecture militaire française au moyen âge, à l'époque où les légions gauloises allèrent, ainsi que le rappelle cette inscription, jusqu'à Soueida la Noire, actuelle capitale du Djebel D ruse, et à celle où Antonin le Pieux, puis Caracalla consacrèrent « à tous les dieux d'Héliopolis » ces temples dont on ne voit plus, à Baalbeck, que les ruines, dont Loti a écrit :

« Auprès de telles choses, toutes les constructions dont nous sommes orgueilleux, nos palais, nos forteresses, nos cathédrales, semblent des œuvres mesquines et passagères, faites de miettes assemblées.

« Devant ces travaux de Titans, on est oppressé par la conscience de son infinie petitesse, par le sentiment de l'impuissance où seraient les hommes de ce siècle non seulement à rien produire de pareil, mais même à rien réparer, à rien relever de ce chaos de décombres trop lourds; toutes ces pierres de proportions si immenses qu'on ne comprend ni comment les hommes ont pu les créer, ni comment, après, le temps a pu les détruire.» Mais on entend bien que ce n'est pas seulement le passé qui revit ici. Ce pavillon n'est pas qu'un musée d'objets anciens, d'images évocatrices des temps abolis. Chacun des Etats du Levant placés sous le mandat français, expose ce qui est le plus représentatif de sa physionomie présente.

Le Liban montre ses côtes découpées, ses montagnes parées, le printemps venu, d 'une prodigieuse floraison de cyclamens et d'anémones ; les Allaouites, leurs fileurs, leurs tisserands; Damas, un salon aux boiseries anciennes, émaillées, dorées, laquées, décorées de fleurs et de sentences coraniques: un salon tel que ceux dont les émirs résidant dans les palais enchantés construits sur les rives du Barada, fleuve d'or des Grecs, l'Abana de l'Ancien Testament, vous font les honneurs avec une indicible fierté.
Et voici le sombre, le sauvage Djebel Druse, le Basan des Hébreux, patrie des terribles guerriers aux mains tatouées, aux longs cheveux flottant sur les épaules, aux joues fardées, aux paupières bleuies, qui, voici quelques années, étaient nos implacables ennemis et nous tinrent si longtemps en échec.
Que pouvait-il montrer de plus caractéristique que cette médafe, cette salle des hôtes, qui, dans chaque ville, chaque village, si humble soit-il, s'ouvre à tout venant, à l'inconnu, à l'ami, voire à l'ennemi, lequel, dès qu'il a franchi le seuil, devient sacré - ainsi l'exigent les plus anciennes traditions - a droit au repos sur les coussins du divan régnant tout autour de la pièce et aux attentions des notables, qui, de leurs mains, lui viennent offrir l'eau fraîche, le café, le tabac « et la nourriture en temps opportun » ?

Et c'est ainsi qu'apparaissent à nos regards ces pays au passé prestigieux, détachés, par les traités, de l'ancien Empire ottoman, et sur lesquels nous avons reçu mission de veiller, jusqu'au jour où, les rivalités locales étant apaisées, où l'ordre, la sécurité régnant de la côte au désert et de la frontière turque à la palestinienne, ils pourront se gouverner eux-mêmes.


Miroir du Monde. PIERRE LA MAZIÈRE.

Beyrouth, par Jean Marchand. Fragment d'un panneau décoratif figurant dans le pavillon du Liban.

mardi 6 février 2018

Maquette du Pavillon d'Abu Dhabi, à Expo'70 Osaka...

Dans le post précédent, je suis revenu sur la première participation des Emirats Arabes Unis, le pavillon d’Abu Dhabi à l’exposition universelle d’Osaka en 1970.

Comme tout le monde le sait, en 2020 aura lieu la première World Expo dans un pays arabe, Expo 2020 Dubai, UAE. Et c’est avec beaucoup de fierté que les Emirats considèrent cette première participation lors d’Expo’70 Osaka. Jeune nation de moins de 50 ans, ils sont très fiers de leur récente histoire, et plus particulièrement celle qui concerne l’époque de leur création.

J’avais depuis longtemps en tête un projet de restitution 3d à propos de cette histoire, mais sans avoir eu le temps de m’y mettre. Les premiers dossiers s’orientaient plutôt vers la réalisation d’un film en images de synthèse 3d, soit sur l’histoire des participations des Emirats Arabes Unis dans les Word Expo, soit sur les participation des pays de la péninsule arabique, soit d’une manière encore plus large, sur l’histoire des participations des pays Arabes depuis les premières Expositions universelles du XIXe siècle, jusqu’à aujourd’hui.



Vous l’avez certainement remarqué, j’ai, depuis un peu plus d’un an, une nouvelle activité complémentaire à mes projets de restitution 3D, sous la forme de maquettes imprimées en 3d… Quelques nouveaux événements dans le processus d’Expo 2020 Dubai m’ont fait rouvrir le dossier, et envisager la réalisation d’une maquette de ce pavillon d’Abu Dhabi, plutôt qu’un film.

La première partie de ce projet étant terminée, voici quelques images de cette maquette réalisée à l’échelle 1/100. Il ne manque plus qu’un support reproduisant une partie de son environnement.


Et d’ici Expo 2020 Dubai, il y aura certainement encore bien d’autres projets du même type.




Ci-dessous, rendu du pavillon d'Abu Dhabi modélisé en 3d, avant préparation des fichiers en vue de leur impression.


Ci-dessous, quelques pièces en cours d'impression 3d... près de cinquante pièces composent le modèle.




La maquette du pavillon d'Abu Dhabi, en cours de montage, et de peinture...


Pavillon d'Abu Dhabi, première participation des Emirats Arabes Unis dans une World Expo... ...à Expo'70 Osaka !


A l'époque de la candidature d'Expo 2020 Dubai, UAE, me demandait : "qu'en est-il des participations des Emirats Arabes Unis dans les Expos ? Depuis quand et combien de participations ?"

Il est un fait que les Emirats Arabes Unies, jeune état fédéral, a été créé en 1971, il y a seulement 47 ans... il est donc tout à faire normal que cette histoire liée aux Expos soit aussi récente.

Depuis l'Expo'70 à Osaka jusqu'à Expo 2017 Astana, on peut dénombrer 17 Expositions différentes... quant aux participations des Emirats, la première remonte à cette exposition au Japon, à Osaka, en 1970, grâce à la présence du pavillon d'Abou Dabi, capitale fédérale du pays composé de 7 émirats : Abou Dabi, Ajman, Charjah, Dubaï, Fujairah, Ras el Khaïmah et Oum al Qaïwaïn.
Cette première participation sera suivi de 5 autres, par les Emirats Arabes Unis : à Séville en 1992, à Hanovre en 2000, à Saragosse en 2008, à Shanghai en 2010, Yeosu en 2012, Milan en 2015 et Astana en 2017.

On note donc 8 participations depuis la création des EAU il y a 47 ans, mais si depuis cette Expo'70, on prend on compte toutes les participations de pays faisant partis du Monde Arabe, il s'agit d'un total d'une centaine de participations (80 participations jusqu'en 2012), ce qui est loin d'être négligeable en à peine plus de 4 décennies.
Sans parler des pays arabes qui participent depuis les premières expositions : Algérie, Egypte, Maroc, Tunisie, etc...

Revenons sur cette première participation au Japon, du pavillon d'Abou Dabi :

Le pavillon d'Abu Dhabi est une reconstitution des forteresses simples, mais imposantes, qui bordaient la côte aux temps anciens. Ces forteresses servaient de résidence, ou comme lieux de rassemblement et de culte aux cheiks ou aux chefs de tribu. Bien que construites avec simplicité, certaines ont survécu aux assauts conjugués des hommes et de la nature.

Elles sont encore aujourd'hui les témoins muets mais éloquents de la ténacité arabe.

Le pavillon se distingue par ses minarets, l'un rond, l'autre carré, et il comporte des salles respectives d'exposition et de cinéma. Le pays et son peuple sont présentés par des films et des objets présentés dans des alcôves autour du minaret principal. Sous le thème "Abou Dhabi, Passé, Présent et Futur", ce pavillon vous offre un vaste panorama des activités et des réalisations du petit émirat.

L'exposition donne une idée du travail énorme et des progrès considérables effectués depuis le début du règne de sa Grandeur, le Cheik Zayed Bin Sultan Al-Nehiyan, et de la manière dont les revenus du pétrole sont employés au bien-être du peuple.

Le passé d'Abou Dhabi, le rôle de la mer et de la pêche aux perles dans la vie des habitants est traité avec pittoresque dans les toiles d'un peintre.

Clou de l'exposition : la réplique d'une scène romantique des "Mille et une Nuits", pour divertir le visiteur à la façon des Arabes dans les siècles passés.

Le pavillon d'Abou Dhabi était situé au centre de l'Expo'70 à Osaka, sur la rive du la artificiel, à proximité de l'Avenue du pont de Senri.

The Emirates in Expos, Abu Dhabi, first participation at Expo'70 :

A friend asked me the question some time ago: "what about United Arab Emirates in the Expos? Since when and how many participations?"
It's a fact that the United Arab Emirates, young federal state was created in 1971, only 41 years ago ... it's perfectly normal that this story related to Expos is also recent.
Since the Expo '70 in Osaka until 2012 Yeosu, there can be 15 different Exposs ... regarding the participation of the Emirates, the first one was in Japan, Osaka, in 1970, thanks to the presence of the pavilion of Abu Dhabi, federal capital of the country, composed by seven emirates: Abu Dhabi, Ajman, Sharjah, Dubai, Fujairah, Ras Al Khaimah and Umm al Qaiwain.



This first participation will be followed by five others with the United Arab Emirates: Seville in 1992, in Hanover in 2000 in Zaragoza in 2008, Shanghai in 2010 and Yeosu in 2012.
There are 6 entries since the creation of the UAE 41 years ago, but since Expo '70, if we take it into account all interests of countries that are parties of the Arab world, there is a total of 80 entries, which is far from negligible in just four decades.
Not to mention the Arab countries involved since the first expos: Algeria, Egypt, Morocco, Tunisia, etc ...



Back on this first participation in Japan, of the Abu Dhabi pavilion :
Abu Dhabi pavilion is a reconstruction of simple fortresses but impressive that coast in the ancient times. These fortresses served as residence or as gathering places of worship for the sheikhs or tribal leaders. Although built with simplicity, some survived the combined assault of man and nature.

They are still silent but eloquent witnesses of the Arab tenacity.

The pavilion is distinguished by its minarets, one round and one square, and includes exhibition halls and cinema. The country and its people are presented with films and objects presented in alcoves around the main minaret. Under the theme "Abu Dhabi, Past, Present and Future", this pavilion offers a broad overview of the activities and achievements of the small emirate.



The exhibition gives an idea of ​​the enormous amount of work and considerable progress made ​​since the beginning of the reign of His Highness, Sheikh Zayed Bin Sultan Al-Nehiyan and how oil revenues are used for the well-being of the people.





Abu Dhabi's past, the role of the sea and pearl fishing in the lives of people is treated with picturesque paintings.
Highlight of the exhibition: a replica of a romantic scene of the "Thousand and One Nights" to entertain visitors to the manner of the Arabs in the past centuries.
The pavilion of Abu Dhabi was at the center of the Expo '70 in Osaka, besire the artificial lake near Avenue Bridge Senri.



lundi 18 décembre 2017

Eurasian Lighthouse... un Phare éclairant le monde, pour Expo 2025 Ekaterinburg ?

Je ne vous apprendrai rien en vous disant que chacune des Grandes Expositions universelles de l'histoire depuis la première en 1851 ont toujours laissé un riche héritage, et souvent une ou plusieurs constructions emblématiques reflétant l'esprit et/ou la thématique de cette Expo, et une empreinte indélébile dans la ville et le pays qui ont eu l'honneur d'organiser cet événement, et d'accueillir le monde !
On a forcément en tête la Tour Eiffel de l'Exposition universelle de 1889 à Paris, le Grand Palais, le Petit Palais et le pont Alexandre III pour celle de 1900... l'Atomium de Bruxelles pour l'Exposition universelle de 1958, etc... jusqu'à nos jours, comme l'incroyable pavillon de la Chine à l'Exposition de 2010... ou la fameuse sphère "Nur Alem" de la dernière Exposition spécialisée de 2017 à Astana au Kazakhstan.

Bien sûr, toutes ces constructions qu'on peut qualifier de "pharaoniques" sont très coûteuses, et on pourrait se demander aujourd'hui, où se trouve le réel intérêt de telles prouesses architecturales, en dehors du fait de laisser une trace pérenne dans la ville où l'Expo a été organisée ?
Bien évidemment, dés la conception, on élabore une utilisation future à l'oeuvre monumentale. On peut admettre qu'avec un peu de bonne volonté, il n'est pas forcément très compliqué de trouver des ré-utilisations intelligentes, mais bon, le coût exorbitant de cet "héritage" a de quoi en refroidir plus d'un !

Les grandes réussites, ce sont finalement les réalisations grandioses pour lesquelles l'intérêt ne saute pas directement aux yeux, même si avec le recul et le temps, on se rend compte que finalement, ça n'avait pas été une mauvaise opération. Je veux parler de ces tours, qui permettent aux "humains" visiteurs des Expos, de monter haut, de voir le panorama qui s'étend au loin, tout autour de l'Exposition (on le sait, l'homme aime grimper !!).
Il est un fait certain, les visiteurs adorent çà. C'est la tour Eiffel qui a montré le chemin, avec un succès qu'on ne peut renier... il y en a eu d'autres, certaines ont disparu, d'autres se dressent encore pour le plaisir des petits comme des grands. On peut citer la Space Needle de Seattle, construite pour l'Exposition universelle de 1962, la Tour des Amériques de l'Exposition de 1968 à San Antonio, ou la SunSphere de Knoxville en 1982... et plus récemment, la très belle tour de l'Expo 2016 Antalya en Turquie.

Quelle sera la prochaine tour d'observation - et de plaisir - à être construite à l'occasion d'une Exposition universelle ?

Et bien, la réponse pourrait se trouver dans une des quatre candidatures pour l'Expo de 2025. Nous savons que les 4 villes en compétitions sont Paris, Bakou, Osaka et Ekaterinburg, et il existe pour cette dernière, un projet de tour qui n'est pas dénué d'intérêt !
On peut même dire que c'est un projet plutôt malin, permettant à moindre coût, de réaliser un véritable symbole pour cette Exposition de 2025, si elle avait lieu à Ekaterinburg ! (mais çà, nous le saurons à l'issue des votes du Bureau International des Expositions lors de l'Assemblée générale de novembre 2018).


Parlons un peu de ce projet, en retournant un peu dans le passé de la Russie, ou plutôt, le passé soviétique d'Ekaterinburg, cette grande ville de l'Oural. C'est en 1983 que commence la construction d'une immense Tour émettrice de télévision, construite en béton armé, d'une hauteur de 220 m, mais prévu pour atteindre à terme les 400 mètres !
Evidemment, on connaît l'histoire, et la chute de l'Union Soviétique n'aurait pas épargné ce projet de tour, et les travaux sont arrêtés en 1991 !

Et depuis 26 ans, cette tour inachevée en béton, contribue à enlaidir l'environnement de la ville !
Aux dires d'une amie d'Ekaterinburg, régulièrement, depuis l'arrêt des travaux, apparaissent des projets de réhabilitation ou d'utilisation de cette tour, mais sans jamais aboutir.

La tour inachevée, visible actuellement à Ekaterinburg.

Le dernier en date, serait d'utiliser cet objet aussi haut qu'encombrant, pour en faire le symbole de cette Expo 2025 Ekaterinburg. Bien évidemment, pas dans l'état, mais en la parant de ses plus beaux atours pour en faire un symbole d'exception pour la ville et la région, une sorte de phare gigantesque éclairant le monde depuis Ekaterinburg.

On peut avouer que ce projet a tout pour séduire, cela permet à la fois d'enfin trouver une utilisation à cette réalisation inachevée, d'apporter un symbole tout aussi grandiose que ludique pour les visiteurs de l'Expo 2025.

Pour le moment, il semble que ce projet ne soit pas intégré au projet de candidature d'Ekaterinburg pour l'Expo 2025. Ce n'est donc pas un projet officiel, il ne pourra donc pas faire pencher les votes du BIE en la faveur de la ville Russe. Il s'agit d'un projet proposé par une entreprise privée, un projet qui ne manque pas d'intérêt, mais qui pour le moment, n'arrive pas à trouver d'écho sur place. Et pourtant, on sait que la population serait vraiment heureuse qu'on trouve enfin une utilité à cette tour !!

Le projet de Phare Global intégré dans une vue de la ville.

On peut l'admettre, une telle tour, ou plutôt ce phare, "The Eurasian LightHouse", le plus grand phare terrestre du monde, deviendrait vite, avec ou sans l'Expo, un centre touristique unique, et apporterait, comme l'a fait sa devancière la grande dame de fer de Paris, une reconnaissance dépassant les simples frontières du pays !

Alors... y aura-t-il un phare géant à Ekaterinburg ? Peut-être, mais si la ville réussi à obtenir l'Expo 2025... on peut rappeler que la Ekateerinburg avait déjà candidaté pour l'Expo de 2020.

A suivre donc, et bonne chance à l'équipe qui se démène pour faire de ce projet une réalité !


vendredi 17 novembre 2017

EXPO 2023 BUENOS AIRES - ARGENTINA... Adelante !!!

Mercredi 15 novembre 2017 dernier, s'est déroulée à Paris, à l'OCDE, la 162e Assemblée Générale du BIE (Bureau International des Expositions). Au cours de cette cession ont eu lieu les votes pour décider laquelle, des trois candidatures en lice, Lodz en Pologne, Minneapolis aux USA et Buenos Aires en Argentine, aurait l'honneur d'organiser et de recevoir le monde, lors de l'Exposition spécialisée de 2022/23.

Au premier tour, la Pologne et l'Argentine arrivent ex-æquo avec 46 vote chacun. Les USA sont éliminés avec 25 voies.

Lors du second tour, la Pologne obtient 56 voix, et l'Argentine gagne ces élections avec 62 votes !

C'est donc l'Argentine qui remporte le droit d'organiser en 2023 une exposition spécialisée, sous le thème "Science, Innovation, Art et Créativité pour le Développement humain. Les industries créatives dans la convergence numérique".

Bravo à toute l'équipe d'EXPO 2023 Buenos Aires !!



Et bravo également aux deux autres candidats : Lodz et Minneapolis.

Il est vrai que beaucoup de spécialistes des EXPOs donnaient la Pologne gagnante, notamment grâce à une équipe de candidature qui travaillait sur le sujet depuis de nombreuses années, de manière très sérieuse et très professionnelle, avec pour résultat un dossier très bien construit. Il semblait donc tout naturel que la ville de Lodz l'emporte... et ils le méritaient.
Malgré l'énorme déception que l'on peut imaginer, la ville de Lodz va tout de même poursuivre ses projets. Comme je l'ai évoqué dans mon précédent billet avant l'élection, la ville n'a pas attendu d'avoir l'EXPO pour mettre en oeuvre sa thématique, à savoir la revitalisation de la ville Lodz, qu'elle a entrepris avec beaucoup de succès depuis plusieurs années, et ils comptent bien continuer. Tous nos vœux les accompagnent dans la poursuite de ce très beau projet !

Pour Minneapolis, on sait que c'était une candidature un peu controversée, récente, elle ne remplissait pas parfaitement tous les critères lors de la précédente assemblée générale. On sentait que les USA venaient à peine de faire leur grand retour au sein des pays membres du BIE, que la candidature était très récente et manquait un peu de corps. Depuis 6 mois, l'équipe avait mis les bouchées doubles afin de combler les manques, et surtout dissiper les craintes des pays votants. Cela n'aura pas été suffisant pour dépasser les 25 voies. Mais les USA ne semblent pas trop déçu, car il s'agit bien de leur retour dans la grande ronde des EXPOs qui soit une véritable victoire, et déjà, de nombreuses grandes villes Nord Américaines envisagent une candidature pour une EXPO après 2025 ! Cela promet de futures périodes de candidatures passionnantes.

Expo 2023 Buenos Aires, Argentine

C'est assurément d'un moment historique très important, car il s'agit de la première EXPO en Amérique du Sud, enregistrée par le Bureau International des Expositions. Cela faisait aussi près de 40 ans qu'il n'y avait pas eu d'Expo sur le continent Américain !!

Maintenant, nous allons suivre et savourer les six prochaines années de développement de ce projet, avec beaucoup d'attention.

Quelques photos de cette soirée mémorables, pour les EXPOs en général, et pour l'Argentine en particulier :

Accueil lors de la réception en l'honneur du grand gagnant de la soirée, Expo 2023 Buenos Aires, au Pavillon Royal, à Paris.

Discours du ministre Hernan Lombardi lors de la soirée célébrant la victoire de l'Argentine pour l'Expo 2023 Buenos Aires. Avec raison, il exprime en quelques mots tout le bonheur, et surtout la très grande fierté d'avoir remporté l'EXPO 2023 !

Quelques mots de la part de la candidature Polonaise, M. Jerzy Kwieciński qui félicite l'Argentine, avec beaucoup de tristesse dans la voix. Pendant longtemps, Lodz est restée la seule ville candidate pour 2022, et au dernier moment, peu de temps avant la date de clôture des dépôts de candidatures, sont arrivées celles des USA et de l'Argentine. On comprend cette tristesse et cette amertume. C'est d'autant plus compréhensible quand toute une équipe a travaillé sans relâche pour mener à bien le projet, et que du jour au lendemain, tout s'écroule ! Y aura-t-il prochainement d'autres candidatures polonaises dans le futur ? C'est un peu prématuré pour le dire, mais déjà, la Pologne avait été la candidate malheureuse pour une Expo en 2012, avec la ville de Wroclaw. A suivre.


Le sympathique Manuel Delgado, de l'équipe du Minnesota, s'exprime à son tour pour féliciter les heureux et méritants gagnants, et confirme, avec beaucoup d'humour, que ce n'est pas une défaite des USA, mais au contraire déjà une grande victoire avec le retour des Etats-Unis au sein des pays membres du Bureau International des Expositions. Chaque chose en son temps !
L'avenir des EXPOs promet d'être toujours aussi passionnant.

Une très belle soirée "EXPO"... avec les délégués du Bureau International des Expositions, et les différentes équipes des trois candidatures. La liesse pour les Argentins 

samedi 11 novembre 2017

Expo 2022/23... bientôt le résultat des votes !

Mercredi prochain, 15 novembre 2017, auront lieu les votes des pays membres du Bureau International des Expositions, lors de la 162ème cession de l'assemblée générale à Paris, qui désigneront laquelle des trois candidatures en lisse, aura l'honneur d'organiser la prochaine Exposition Spécialisée 2022/23.

A quelques jours des votes, la tension est très forte, et chaque candidature est sur la brèche pour une ultime et certainement excellente prestation.
J'ai reçu de nombreux courriers me demandant des pronostiques, à savoir qui, de Lodz en Pologne, de Buenos Aires en Argentine, ou du Minnesota aux USA, gagnera !

Avant de me risquer à un quelconque pronostique, rappelons les thématique de chacun, car même si quelques fois on a un peu tendance à l'oublier, et à ce focaliser sur la ville elle-même, c'est quand même le thème qui fait l'Expo... à la fois son intérêt et ses attraits.

Les thèmes :

En ce qui concerne la candidature polonaise de Lodz, le thème est la Ville ré:inventée. On peut être un peu étonné par cette thématique et un libellé qui n'est pas forcément parlant. Mais quand on connaît un peu la ville de lodz, qui cherche par tout les moyens à donner un nouvel essor à la ville, en réhabilitant tout le patrimoine industriel, on comprend qu'ils sont au cœur du sujet et bien conscient des enjeux inhérents. A n'en point douter, c'est une thématique qui nous concerne tous, car nos villes, se doivent toutes d'évoluer, dans le bon sens.

La candidature Argentine de Buenos Aires est elle aussi très actuelle, puisqu'on va parle des Industries Créatives dans la Convergence Numérique. Il s'agit peut-être d'un titre très pompeux, mais nous devons avouer que ces activités font maintenant partie de notre vie de tout les jours, qu'on le veuille ou pas. Il s'agit donc d'une thématique résolument tournée vers l'avenir, et les hommes qui construirons notre futur. On note également que c'est un thème très ludique, ce qui ne manquera pas de plaire également aux plus jeune.

Quant à la thématique proposée par la candidature américaine du Minnesota, on peut dire que c'est celle des trois qui semble la plus sérieuse et la plus grave. Elle nous concerne tous, puisqu'il s'agit de la Santé et du Bien-Être pour tous. Et là, nous savons ô combien sur terre, nous ne sommes pas tous égaux, et les efforts qui restent à accomplir. On m'en a déjà fait la remarque, même si ce thème est d'une importance capitale, il n'est pas le plus fun.

Quel pronostique ?

Comme je le disais, il est très difficile à lors actuel de faire une juste prévision. D'ailleurs, les résultats des précédentes éditions nous ont déjà offerts quelques surprises, des bonnes... et des moins bonnes. Rien n'est donc joué il me semble, ce qui n'empêchera pas peut-être, d'avoir un score sans appel pour l'une ou l'autre des candidature.
Il faut garder à l'esprit que chaque équipe a orchestré de son côté un lobbying sérieux auprès des pays membres du BIE, et que chacun a certainement usé des meilleurs armes diplomatiques, industrielles et autres, pour présenter au mieux les atouts que représenterait l'organisation d'une Exposition spécialisée dans leur pays, et çà, on en doute pas une seconde !

Analysons quand même rapidement les forces en présence, et la qualité perçu des candidatures.

Expo 2022 Lodz : Il s'agit du dossier le plus ancien. On peut et on doit reconnaître que l'équipe qui travaille sur le projet Polonais d'exposition spécialisée est à la fois bien rodée, et très sérieuse. Cela fait plusieurs années qu'ils sont sur les dents, et travaillent assidûment, afin d'offrir une candidature qualitative, et on peut reconnaître qu'ils y sont très bien arrivés. On pourrait croire qu'il s'agit d'une revanche après l'échec de la précédente candidature de Wroclaw pour une Expo en 2012. Quoi qu'il en soit, après avoir suivi pendant toutes ces années les différents développements de cette candidature polonaise, il est un fait certain, ils méritent de gagner, et que cela serait sans conteste une puissante reconnaissante de tout cet excellent travail, mené avec l'exceptionnel dynamisme d'une équipe très professionnelle. J'ai eu l'occasion de parler avec de nombreux professionnels des Expositions, notamment des personnes qui s'occupent de pavillons lors de ces événements, et il en ressort que peu hélas, sont vraiment attirés par une Exposition en Pologne. Le pays souffre encore d'une image assez négative, mais je peux assurer que depuis le temps que j'observe le travail mené par Lodz, aussi bien au niveau de la candidature, que sur place, c'est une ville qui bouge énormément, dans le bon sens, qui croît et embellit, et n'a pas attendu cette Expo pour mettre en principe les préceptes qu'elle souhaite évoquer lors de cet événement en 2022. Je reste totalement admiratif devant les progrès et les aménagements de la ville de Lodz, surtout en si peu de temps. Lodz est donc déjà synonyme de la Ville Re:vitalisée, il suffit pour s'en convaincre de parcourir les rues de la ville, et de constater avec quel goût sûr la municipalité à déjà transfigurer le cadre de vie des habitants.
Et comme pour prouver qu'elle est dans le vrai, Lodz n'a pas hésité à proposer une Expo au cœur de la ville, histoire de prouver que le thème choisi n'est pas un vain mot !
On peut donc dire que sur le papier, Lodz a déjà une très grande longueur d'avance.



Expo 2023 Buenos Aires : A l'inverse de Lodz, malgré que ce soit un dossier particulièrement récent, de nombreux futurs participants à l'Expo 2022/23 sont d'ores et déjà prêt à s'envoler exposer en Argentine. Effectivement, nombreux sont les pavillons qui m'ont fait part de leur grand désir de participer à ce projet porté par Buenos Aires. Il semble que des trois candidatures, ce soit celle qui attire le plus, géographiquement parlant. Mais il faut quand même l'admettre, si c'est un critère important, il n'est pas suffisant pour obtenir de fait la majorité des votes des pays membres du BIE. Un autre argument de poids pourrait être le fait que se serait la première Expo en Amérique du Sud validée par le Bureau International des Expositions, ce qui n'est pas rien. On peut donc imaginer que déjà, de nombreux pays seraient très intéressés de participer à une Expo en Argentine. Les opportunités sont certainement très importantes, et au-delà des relations diplomatiques, ce sont les relations commerciales et les nouvelles opportunités qui pourraient faire la différence. La thématique est également un bon point, car très porteuse. En effet, ces industries créatives ont aujourd'hui le vent en poupe, et sont incontournables, quelque soit d'ailleurs, la richesse du pays, car même si les technologies à mettre en oeuvre ou à utiliser représentent souvent des coûts non négligeables, la création en elle-même, ne demande qu'un ou plusieurs cerveaux.
Sincèrement, il est très difficile de quantifier les chances de Buenos Aires face à Lodz. L’attractivité est certaine, que ce soit au niveau de la thématique que de l'attractivité du pays hôte. En revanche, l'implantation de l'Expo semble un peu simpliste, comme si on avait voulu privilégier le contenu plus que le contenant, et on sait qu'il a quand même son importance, et contribue de fait au succès de l'Expo (on pense à Nur Alem à Astana).


Expo 2023 Minnesota : A la base, il s'agit de l'Expo qui pose problème ! Tout avait plutôt mal commencé avec le fait que les USA ne faisaient plus partie depuis longtemps des pays membres du BIE. Bien sûr, nul besoin de faire partie du BIE pour présenter une candidature, mais vue que la préférence ira toujours vers une candidature d'un pays membres, les chances de l'emporter auraient été quasi nulles ! Et contre toute attente, les USA sont revenus au sein du BIE au dernier moment, afin de rendre possible le dépôt d'une candidature, ce qui représentait déjà une étape majeure, que l'on se doit de souligner et d'apprécier à sa juste valeur.
Le projet de candidature du Minnesota était pourtant déjà assez ancien, mais a stagné pendant plusieurs années, du fait qu'il fallait attendre un retour improbable des USA au sein des pays membres du BIE. La candidature avait donc énormément de retard lors du dépôt de candidature, ce qui lui a été assez rapidement préjudiciable, puisque certaine conditions requises n'avaient pas été remplies, et que la commission du BIE en charge du contrôle des candidatures, n'avaient pas validé le projet américains. La suite, on la connaît. Lors de la dernière assemblée générale de juin 2017, on a fait voter les pays membres du BIE pour savoir s'ils acceptaient de laisser une chance à la candidature du Minnesota, de représenter et de compléter le dossier. C'était un fait sans précédent, et les USA ont eu ce droit à une voie près, une chance incroyable !
Nous sommes donc tous impatient de voir les résultats de la semaine prochaine, et si, les USA auront pu combler les manques et prouver au monde la viabilité de leur projet.
La thématique choisie, est compréhensible par tous, puisqu'il s'agit de la Santé et du Bien-Être, et effectivement, nous sommes tous concernés. C'est bien sûr un thème qui nous touche tous, et qui nous rappelle que c'était celui qui avait été choisi par la candidature malheureuse d'Izmir pour 2015, et pour 2020, dans une version un peu adaptée pour la rendre plus attractive. Mais on peut se rappeler que c'est justement cette thématique un peu sévère qui avait rebuté certains pays, d'où l'aménagement de la thématique pour la candidature Turque suivante. Est-ce que cela sera aussi rédhibitoire pour les USA ?
Qu'en est-il de l'attractivité des USA ? Il me semble que pour beaucoup de pays, ce sera tout pour, ou tout contre !!! En effet, de nombreux pays y trouveront une attractivité sans pareil, et pas toujours pour de bonnes raisons. La conquête de l'Ouest n'est plus à faire, et même si on veut encore faire des affaires avec les USA, les opportunités ne sont plus les mêmes. En revanche, on peut très bien imaginer certains pays que je ne nommerais pas, qui ont pour habitude de participer, ou plutôt de profiter, sauront trouver un intérêt tout particulier à voter pour une Expo sur le sol américain.
D'un autre côté, et là, c'est plutôt de géopolitique dont il s'agit, certains pays viscéralement anti-américains sont d'ores et déjà opposés à une Expo aux USA, et seront peut-être prêt à faire un peu de contre lobbying auprès de leurs pays amis...
Il est donc très difficile pour le moment de faire le tri, entre les pays qui auront un immense intérêt pour cette Expo, et ceux qui ne veulent surtout pas se retrouver à participer aux Etats-Unis.
On pourrait presque dire que c'est la "passion" qui va décider d'un vote, pour ou contre les USA !


Voilà un rapide survol des forces en présence, et au final, on n'est pas beaucoup plus avancé. J'ai présenté les trois candidatures dans l'ordre logique des chances qu'elles ont face aux votes des pays membres du BIE, suivant les critères à ma connaissance, et des retours que j'ai pu avoir, de personnes impliquées à différents niveaux dans le monde des Expositions universelles... Mais par expérience, il arrive souvent qu'il y ait des surprises.

Alors, même si l'impatience est de rigueur, attendons les résultats de mercredi prochain !


L.A. LeMog

samedi 21 octobre 2017

Julie Deschepper et François Gentili, commissaires de l'exposition

UNE ARCHÉOLOGIE DU PAVILLON DE L’URSS
DE L’EXPO 37
du 6 octobre au 5 novembre 2017
À la galerie de l’Inalco et à la BULAC 65, rue des Grands Moulins - 75013 PARIS

vous invitent à une

PROJECTION de films

Mercredi 25 octobre à 18h Inalco, Amphi 3,
65 rue des Grands Moulins 75013 Paris

Dans le cadre de l'exposition
" La naissance d'un patrimoine soviétique en France : une archéologie du pavillon de l'URSS à l'Expo37 "
(6 octobre-5 novembre, Inalco et BULAC).

Visite virtuelle du pavillon soviétique de 1937
réalisé par Laurent Antoine LeMog

Il s'agit de la première proposition de restitution 3D de l'intérieur du pavillon de 1937. Un document exceptionnel qui permet une plongée dans l'histoire !



Le Tombeau pour l'URSS réalisé par Jean-Paul Fargier Le film retrace la découverte incroyable des vestiges du pavillon soviétique à Baillet en France.

Le tombeau de l’URSS a obtenu le prix de la catégorie « archéologie et société » lors du Festival international du Film archéologique de Rovereto 2013. 


***

L'exposition reste ouverte jusqu'au 5 novembre : http://www.inalco.fr/evenement/exposition-naissance-patrimoine-sovietique-france

Galerie de l’Inalco et à la BULAC 65, rue des Grands Moulins - 75013 PARIS